Pas trouvé de titre…

Pas trouvé de titre…

Un déferlement d’informations tristes, des nombres plus importants les uns que les autres de morts, de blessés, de disparus se lit comme une mauvaise mélodie sur les ondes.

Je peux bien éteindre toute source d’information cela ne cessera pas pour autant de trotter dans ma tête.

Je voudrais partager ma peine, crier mes colères, signifier mon émoi et ma compassion.

Combien encore de victimes…

Victimes de lâches barbares, 24..78..4 les chiffres sont comme les flammes d’un feu, tel ce feu meurtrier dans une tour.

Cramée, dans le cœur d’une de nos grandes métropoles dites ; modernes et civilisées.

Victimes, disparues, assassines, lâches, racisme ordinaire, deuils, blessés…

Encore une litanie qui fait partie de mon quotidien.

J’essaie bien de balancer mes émotions par des traits d’humour ou des souvenirs heureux, de ces émotions qui sont bien ancrées dans ma réalité juste le temps de prendre mon souffle, de me baigner dans cet océan d’amour.

Parce que là,  de l’amour y en a plus trop, non, vraiment plus.

Toi qui tues au nom de ta haine, qui grandit de par le monde, qui croit à sa gloire dans l’autre monde,

Toi, mon voisin, mon ami peut être dans une autre vie,

Toi qui te crois le héros d’un mauvais film de série Z,

Toi qui prends les armes, toi qui écrases notre police,

Toi qui poignardes nos parents, nos enfants, nos policiers, nos soldats,

Toi que je croise peux être,

Toi qui me souris,

Toi qui es un voisin sans histoires,

Toi qui joues à l’humain, qui te faufile sournoisement dans nos vies,

Toi à qui certains connards vont te trouver des excuses,

Toi que je redoute quand mes proches sont dans ton viseur,

Toi qui crois nous soumettre,

Toi que je vomis à ma façon,

Toi que je tutoie parce que dans mon vocabulaire je n’ai pas encore trouvé de mots pour te nommer.

Alors toi, que je hais par tous les pores de ma peau sache que Moi, je vais continuer à me remplir d’amour, à partager ma peine, ma compassion, sûrement exprimer d’autres colères, car des comme toi, il en pousse dans tous les recoins de mon monde que tu veux pervertir, exterminer.

Mais ce que tu ne sais pas, c’est que le « NOUS » existe et il est sera toujours plus fort qu’un minable TOI !

 

© 2017 ET POURTANT JE SOURIS

Une réaction au sujet de « Pas trouvé de titre… »

Un J'aime c'est agréable, mais vous lire sera un réel plaisir ..Merci

%d blogueurs aiment cette page :